When They See Us : la série-choc de Ava DuVernay à redécouvrir

Personne n’est aveugle et personne ne peut (et ne doit) détourner le regard sur ce qu’il se passe en ce moment partout dans le monde pour la lutte antiraciste. Nous sommes en train de vivre quelque chose d’historique et on ne peut pas rester silencieux-ses. Et lorsque ne nous sommes pas directement impacté-e-s par le racisme, lorsque nous sommes blanc-hes, il est nécessaire d’écouter et de s’éduquer avant de parler. Parce que même si ce n’est qu’un petit début, même si ça n’est que le minimum et que l’on peut faire beaucoup (vraiment beaucoup) plus, écouter les concerné-e-s est impératif. Vous avez certainement déjà vu de nombreuses listes de films, documentaires et séries à regarder pour se renseigner sur le racisme, son institutionnalisation et ses conséquences. J’espère que vous avez regardé au moins une de ces recommandations, et si ce n’est pas encore le cas, laissez moi vous parler d’une mini-série aussi bouleversante que nécessaire : When They See Us.

Sortie sur Netflix le 31 mai 2019, When They See Us (soit Dans Leur Regard en version française) est une mini-série de 4 épisodes réalisée par Ava DuVernay. Elle revient sur l’histoire vraie de l’affaire de la joggeuse de Central Park de 1989, dans laquelle cinq adolescents racisés furent accusés à tort de l’agression sexuelle d’une jeune femme blanche. On rencontre le « Central Park Five » : Kevin Richardson, Yusef Salaam, Antron McCray, Korey Wise et Raymond Santana, respectivement quatre afro-américains et un latino-américain, une nuit à Harlem, New York. Interprétés par les exceptionnels Asante Blackk, Ethan Herisse, Caleel Harris, Jharrel Jerome et Marquis Rodriguez, les cinq garçons plein d’innocence se rejoignent avec beaucoup d’autres à Central Park pour passer un bon moment tous ensemble. Il s’avère qu’au même moment une jeune femme; Trisha Meili, se fait agresser alors qu’elle fait son jogging. La police arrive et très vite tout bascule.

Au mauvais endroit, au mauvais moment, et surtout victimes du racisme systémique des institutions pAu mauvais endroit, au mauvais moment, et surtout victimes du racisme systémique des institutions policière et judiciaire, les cinq garçons deviennent les premiers suspects, et accusés coupables. Très méticuleusement, avec une mise en scène excellente et une photographie impeccable, Ava DuVernay place devant nous tous les éléments de l’affaire, en ne s’enfonçant pas dans les stéréotypes du genre du true crime, évitant tout sensationnalisme, pour que l’on puisse voir de nos propres yeux à quel point les mécaniques de la police, de la justice et du système carcéral aux Etats-Unis (et certainement ailleurs) sont inhéremment racistes et dangereux. Tout en mettant l’accent sur les personnages, les personnes, victimes de cette injustice. Parce que ce qu’il ne faut surtout pas oublier, ce que When They See Us dit, c’est que les personnes noires et les personnes racisées victimes de racisme, jugées à tort, mises en prison à tort, tuées pour aucune autre raison que le fait qu’elles existent, sont des êtres humains avant tout.

Ava DuVernay est une cinéaste engagée, et ce n’est pas la première fois qu’elle aborde la question du racisme à travers sa filmographie. Chacune des ses oeuvres explore d’une façon ou d’une autre ces questions (oui, oui, même A Wrinkle in Time) mais les deux qui le font de manière la plus flagrante (outre When They See Us) sont sûrement le film Selma et le documentaire 13th (disponible sur Netflix). Le premier est un film historique directement inspiré des Marches de Selma à Montgomery de 1965 aux Etats-Unis, marches très importantes dans la lutte pour les droits civiques ayant éventuellement contribuées au droit de vote pour les personnes afro-américaines. Le second, quant à lui, est un documentaire dans lequel DuVernay sonde l’histoire du racisme systémique des États-Unis, de ses institutions et surtout de l’incarcération de masse. Encore une fois, vous les avez déjà certainement vus passer sur des listes de recommandations, mais je ne peux que vous presser de les regarder pour vous renseigner un peu plus sur ce qu’on entend quand on parle de « racisme systémique ». 

Pour vous donner une idée, 13th se concentre sur le système carcéral et nous montre très clairement que ce dernier prend directement ses racines dans l’esclavage. La chose la plus importante avec ce que fait Ava DuVernay n’est pas qu’elle parle de tous ces sujets, bien que ce soit extrêmement nécessaire, mais qu’elle le fasse à grande échelle et pour un grand public (d’où mon argument que A Wrinkle in Time est aussi une façon de parler de racisme et de remarquer son omniprésence). When They See Us est la culmination de tout ça. C’est une série de fiction sur une histoire vraie qui montre toutes les machinations, implications et surtout les conséquences d’un système et d’institutions racistes sur des êtres humains aussi innocents que de jeunes adolescents, et qui est diffusée à un grand public sur la plateforme de streaming la plus populaire du monde. Les quatre épisodes sont bouleversants et très éprouvants à regarder, mais il est nécessaire de le faire. Parce que ne vous méprenez pas, ce qui est montré dans cette série a, certes, eu lieu dans le passé, mais ça n’est pas la première fois et certainement pas la dernière. Tout ce qu’on voit, et ce qu’on ne voit pas, dans notre actualité en est la preuve. Ava DuVernay ne fait pas un simple reportage, une simple brève d’actualité ou un simple éclaircissement des faits, elle veut que l’on voit l’impact que tout ce système, toute cette injustice a sur des êtres humains. When They See Us nous montre cinq adolescents et qui ils sont vraiment face à l’image de criminels que l’Amérique veut leur donner.

La série entière est disponible sur Netflix.

Bande-Annonce

La caméra stylo à Hollywood : une étude en quatre blockbusters
Un dossier réalisé par Amaury Foucart