La Revue des séries #3

Une tueuse à gage inventée par Fleabag, 1001 pattes qui aurait été réalisé par les créateurs de South Park et un adulescent dans toute sa splendeur, c’est le programme que nous vous réservons pour cette nouvelle Revue des Séries !

Killing Eve

Alors que la troisième saison vient tout juste de débuter, comment ne pas vous parler de Killing Eve? Créée par la fameuse Phoebe Waller-Bridge, qu’on ne présente plus (et arrêtez de dire Phoebe WALTER-Bridge, ça suffit !), la série américano-brittanique est une adaptation des romans Villanelle de Luke Jennings et explore un jeu du chat et de la souris haletant entre Eve Polastri (Sandra Oh), une agente du MI5 et Villanelle (Jodie Comer), une assassine psychopathe. Chacune semble bien à sa place, à faire le bien ou le mal, mais au plus l’une va chasser l’autre, plus les frontières vont se brouiller et leur obsession réciproque va grandir. La « chasse » va alors devenir mutuelle et se transformer. De l’espionnage et de la séduction saupoudrées de violence et de trahisons. Ce n’est pas un James Bond, c’est bien mieux.

D’une intelligence exceptionnelle, l’écriture de Killing Eve est ce qui fait sa force. Nous sommes en haleine dès la première seconde, et le restons même alors que la série est en pause. La mise en scène dans une série n’a jamais été aussi pertinente qu’ici. Le rythme d’une séquence va correspondre au personnage auquel on s’intéresse en cet instant, et sans avoir besoin de nous le sur-expliquer, on ressent les mêmes choses que celui-ci.

Au-delà de tout ça, Killing Eve est un commentaire pertinent et quasi-inédit sur la place des femmes, la violence des femmes, sur ce que sont et peuvent être les femmes et sur les relations sous toutes leurs formes entre femmes. La série apporte brillamment ce propos à travers des personnages uniques, des répliques cinglantes et des choix de costume design aussi parfaits qu’ils sont humainement imparfaits et ordinaires. Globalement reconnue et récompensée, autant qu’analysée sous toutes les coutures, Killing Eve est un must que vous préfériez l’action, ou le drame, ou la comédie, ou la romance, ou l’espionnage. Tout y est, et tout se complète impeccablement.

La saison 3 vient de commencer sur BBC America sur les écrans anglophones. En France, les deux premières saisons ont été diffusées sur Canal+ et TF1 Séries Films. Vous pouvez suivre la troisième via Canal+ en ce moment.

Bande-annonce

Jade Domingos


Vermin

L’animation pour adultes a le vent en poupe. On ne parle pas d’hentaï mais des créations de la bande de Balak, ces fous furieux de l’humour crade et souvent en-dessous de la ceinture. Déjà à l’origine de Peepoodo, un régal d’animation irrévérencieuse et déjantée, Balak est aussi derrière la création de Vermin, dans un rôle moindre cependant. Les vrais papas de Vermin sont plutôt Alexis Beaumont et Hafid Benamar. Pas d’inquiétude, Vermin s’inscrit complètement dans la logique Bobbypills : c’est con, méchant et toujours aussi sale.

On y suit le quotidien de Régis Mantos, une mante religieuse pleine de candeur qui fait ses premiers pas dans la grande ville pour y intégrer les forces de l’ordre. Forcément, ces flics n’ont rien de respectable. Partant de là, la série aligne en dix épisodes des trésors de mauvais goût et se permet tous les abus possibles et imaginables. Mention spéciale à cet épisode prenant place dans une boîte de nuit sobrement nommée « Le Clitoris ». La finesse, on vous dit !

Tout est bien dans Vermin. Si la saison n’est pas aussi extrême que Peepoodo, on se régale des trouvailles de Beaumont et du style graphique de la série, outrancier comme tout le reste. En plus, ça se regarde super vite : une saison, c’est 80 minutes non-stop ! La série est dispnobile sur Netflix.

Bande-annonce

Alexandre Dupret


Irresponsable

Un siècle après la hype, je peux enfin le dire : Irresponsable fait parti des sommets de la comédie en France. Que ça fait du bien de voir une série qui a compris que l’on pouvait être irrévérencieux tout en restant dans une bienveillance réconfortante.

Créée par Frédéric Rosset, Irresponsable nous plonge au coeur de l’adulescence. Julien, trentenaire sans emploi vivant chez sa mère, voit sa vie chamboulée lorsque son amour de jeunesse lui annonce qu’il est père d’un adolescent âgé de quinze ans. La série va alors raconter, au fil des épisodes, le parcours de Julien pour affronter la vie d’adulte à sa manière.

Conduit par l’hilarant Sébastien Chassaigne, acteur principal de la série, Irresponsable fait mouche à chaque instant pour explorer la vie d’adulte dans les années 2010. On suit un cercle d’amis attachant par leurs tourments et leur gentillesse. On a besoin de gentillesse et de câlins en ce moment, alors regardez Irresponsable et vous ne le regretterez pas !

La série est disponible sur OCS.

Bande-annonce

Victor Van De Kadsye

La caméra stylo à Hollywood : une étude en quatre blockbusters
Un dossier réalisé par Amaury Foucart