Fallait-il vraiment réactualiser The Twilight Zone (La Quatrième Dimension) ?

(Oui)

C’était l’un des événements du festival Séries Mania : la présentation de The Twilight Zone 2019, ré-actualisée par la nouvelle star du cinéma d’auteur mainstream Jordan Peele, avec en prime la venue dans nos terres ch’tis du comédien Adam Scott. Après nous être remis d’avoir vu le merveilleux Ben Wyatt (regardez Parks and Recreation) en chair et en os, une question nous est tout de même venue à l’esprit : était-ce vraiment nécessaire de faire revenir la série mythique de Rod Sterling ? Pour vous apporter une réponse, retournons d’abord aux sources pour ensuite voir ce que peut apporter la version 4 .0.

Mais c’est quoi à la base The Twilight Zone ?

Plus connu en France sous le titre La Quatrième Dimension, The Twilight Zone est une série anthologique nous emmenant dans des histoires surréalistes et mystérieuses. Une dimension où tout est possible, pour le meilleur et pour le pire. Une dimension où un homme peut subitement se retrouver seul dans une ville devenue fantôme, où un autre se trouve paniqué car un gremlin s’est faufilé dans son avion. Tout est possible selon Rod Sterling, créateur et conteur nonchalant de ces histoires. À travers ses cinq saisons et ses histoires de 30 minutes (avant de bénéficier d’un allongement de la durée des épisodes sur la fin de la série), cette zone a su inspirer tout un pan de la pop-culture et de cinéastes passionnés par le fantastique. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si des auteurs comme Steven Spielberg, Georges Miller, John Landis et Joe Dante ont repris le flambeau dans un film sorti en 1983. La série a aussi su être un « conteur » de son époque, Sterling ayant capté non seulement la panique des américains mais aussi celle des êtres humains en général. Le premier épisode, Where is everybody ?, évoque par son twist l’une des craintes que peut provoquer un événement majeur de l’Histoire des Etats-Unis finalement survenu 10 ans plus tard (on ne dévoile rien, mais sachez que cet épisode a été diffusé en 1959, « do the maths » comme on dit!). Une série politique donc, mais toute aussi importante pour la construction d’un imaginaire fantastique.

Image issue de l’épisode Where is everybody? (Saison 1, ép. 1 de la série originale)

Pourquoi la refaire en 2019 ?

Après tout, sortir une série anthologique en 2019 n’a plus rien de novateur. Le succès mondial de Black Mirror a su démocratisé ce format et des séries comme American Horror Story ou True Detective ont basés leurs saisons sur ce concept. Néanmoins, ces séries étaient cloisonnés à des genres précis. Traverser le miroir noir nous faisait entrer dans un monde où la technologie dominait les sujets alors que rejoindre la Quatrième Dimension était totalement imprévisible. On pouvait s’attendre à tout sujet, tout peu importe le genre. Les deux premiers épisodes de la série, Where is everybody? et For the angels le montrent : on passe d’une histoire anxiogène sur les recherches de l’armée américaine à un conte fantastique doux-amer sur la fatalité de la mort.

Pour les fans de la série originale, on reconnaît facilement les enjeux scénaristiques de la version de Jordan Peele. Les deux épisodes montrés à Séries Mania étant inspirés d’anciens épisodes. Celui avec Adam Scott, Nightmare on 30,000 Feet, a déjà été traité avec William Shatner puis John Lithgow dans le rôle principal. The Comedian est quant à lui le remake de l’épisode Rire ou mourir au paradis. Quel est la nécessité alors de reprendre ces histoires déjà vues et revues ? Le choix de Jordan Peele à la production répond à cette question.

Image issue de l’épisode The Comedian (Saison 1, ép. 1 du remake)

Quand il s’attaquait au racisme dans Get Out, ainsi qu’aux inégalités sociales dans le récent Us, on a régulièrement pu voir en Jordan Peele un descendant de Rod Sterling. De même que ses minis sketchs avec Keegan Michael Key sur Comedy Central livraient une multitude de petits histoires farfelues. En prenant la place de son idole, celui-ci a décuplé la charge politique et sociale que sous-entendait la série originale tout en la modernisant. Ainsi, Nightmare on 30,000 Feet est une histoire cruelle sur la paranoïa post-11 Septembre où la menace est provoquée par un podcast. A l’heure où les scandales tombent en masse sur le stand-up américain, tel que Louie CK et ses blagues révoltantes sur les lycéens survivants de Parkland, The Comedian s’avère réjouissant à voir dans sa déconstruction de l’humour moqueur. Surtout que Peele connaît ce sujet mieux que personne et n’a pas hésiter à appeler l’épatant Kumail Nanjiani et Tracy Morgan, une tête montante et une star déchue du stand-up, pour cette histoire. Mais bien sûr, qui dit Jordan Peele dit aussi cafouillage par moments. Comme d’habitude, le scénario s’avère prévisible. Les enjeux révélés trop rapidement, on devine facilement leurs issues.

The Twilight Zone a plus que jamais sa place en 2019. On a tout de même hâte de découvrir les nouvelles histoires racontées avec la classe impériale de Jordan Peele, parfait en conteur moralisateur. Ré-actualiser ces histoires à notre époque prouve que les spectateur ont encore besoin de se faire remonter les bretelles à travers la quatrième dimension.

Plus d'articles
Désenchantée (Netflix, 2018), couverture
Désenchantée (Matt Groening) : notre avis sur les 2 premiers épisodes