Paradise Police (Netflix, 2018), couverture
Paradise Police, une série exclusivement sur ©Netflix

Paradise Police sur Netflix : notre avis sur les 2 premiers épisodes

Good Taste Police s’est vu confier l’enquête sur la mort du dessin animé pour adultes. Le suspect n°1 ? Une équipe de police venant tout juste de débarquer sur Netflix, la Paradise Police (NDLR : je devrais faire déposer le mot “police”). Voici le rapport expliquant pourquoi il est nécessaire de les immobiliser au plus vite !

On compte sur vous pour jouer le mythique “dun dun” de New-York, unité spéciale dans votre tête, pour le côté dramatique.

Bande-annonce en VOST

Retour sur les deux premiers épisodes de Paradise Police (Netflix) par Victor

Deux secondes suffisent à constater en quoi la série de Roger Black et Waco O’Guin est coupable. Premièrement, Paradise Police est auteure d’un cambriolage irréfutable de plusieurs séries à succès. Autrement dit : de plagiat. D’abord, on reprend le graphisme léger au service d’un humour trash d’une série de Seth MacFarlane (American Dad ou Family Guy). Et ensuite, on pique le concept de Brooklyn Nine-Nine, l’une des séries les plus populaires du moment, en racontant les mésaventures déjantées d’une équipe des forces de l’ordre. Tout ça pour quoi ? Pour rien ou plutôt pour des blagues excessivement offensantes.

Car le deuxième crime commis est plus grave, puisqu’il s’agit d’une agression pure et simple de la comédie tout le long de ces deux premiers épisodes. Blagues racistes, gags visuels gores à souhait, humour scatophile (le deuxième épisode raconte une enquête basée sur une paire de fesses) sont au rendez-vous sans provoquer de franches rigolades. On s’ennuie ferme devant ces dialogues probablement écrits par des aficionados de 4Chan.

[icon name= »star » class= » » unprefixed_class= » »][icon name= »star-o » class= » » unprefixed_class= » »][icon name= »star-o » class= » » unprefixed_class= » »][icon name= »star-o » class= » » unprefixed_class= » »][icon name= »star-o » class= » » unprefixed_class= » »]

Circulez, il y a donc rien à voir ! Tournez vous plutôt vers Désenchantée ou attendez les prochaines saisons de Bojack Horseman et Big Mouth si vous souhaitez de l’animation pour adultes intéressante. Une série comme Paradise Police mérite de garder le silence et de tomber aux oubliettes.

Toutes les images appartiennent  ©Netflix.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed
Plus d'articles
The Open House - Cover
CRITIQUE // The Open House, de Matt Angel et Suzanne Coote