Le Lion, la critique

Parce qu’il fallait bien qu’on y arrive à un moment donné : la première grosse comédie franchouillarde de la décennie. Et qui de mieux que celui qui a explosé le box-office français pour ouvrir le bal ? Venu présenté le film en avant-première dans ses terres lilloises, Dany Boon mène avec son comparse Phillipe Katerine un duo de buddy-movie efficace dans cette comédie d’action plutôt surprenante !

La surprise est là : voilà une comédie d’action française qui s’en sort avec panache ! Dès sa scène d’introduction, parvenant à nous faire croire à un Dany Boon agent secret avec lunettes de soleil et voiture a la James Bond, Le Lion rugit son envie de filmer l’action avec dynamisme. Seulement voilà, après s’etre présenté ainsi, il y a un hic et c’est là que le partenaire de choc de Boon s’affiche : Philippe Katerine en psychologue. Inutile de vous faire un dessin, le charme de cette séquence nous laisse immédiatement un doute. 

Et si nous avions été berné par un mythomane complètement fou ? C’est cette tension incertaine qui va créer le duo comique entre Boon et Katerine. Reprenant les codes du buddy-movie, où deux personnages que tout oppose font équipe, le film de Ludovic Colbeau-Justin offre de l’action slapstick non-stop aux spectateurs. Boon est dans le surjeu bagarreur tandis que Katerine reste dans le rôle de la personne lunaire dépassée par les évènements. Beaucoup de coups sont pris, ça fait mal et l’humour du film rigole avec ça. Accidents de voiture, hélicoptère en folie, piqûres et balles fusant a tout va, tous les coups sont permis pour amuser la galerie avec efficacité.

L’opération sincère de ressusciter la comédie d’action française est séduisante, allant jusqu’à refaire prendre à Boon la pause bagarreur de Belmondo dans L’As des As. Néanmoins, elle coince lorsqu’il s’agit de créer un environnement derrière ce duo. Surtout quand les scènes où ils n’apparaissent pas impliquent des bad-guys tout droit sorti d’une Bessonnerie passant sur NRJ 12. Le film fait même l’erreur à la fin de certaines choses, dissipant un peu la folie permanente d’origine. On aurait pu aussi se passer de quelques vannes racistes lancées par l’un des héros ou alors une imitation de mauvais goût d’une personne trisomique. Mais ce ne sont que quelques perturbations face à un ensemble très bon enfant qui parvient à allier Tex Avery et James Bond, rien que ça !

Amusant
Jamais à court d'idées pour divertir et faire avancer son duo, "Le Lion" saura vous combler si vous êtes en attente d'un film de castagne amusant. On pourrait regretter quelques vannes poussives mais honnêtement, quand on se souvient que le bal des comédies françaises s'ouvrait l'an dernier avec Christian Clavier et ses discours de droite, on se dit qu'on a eu bien pire !
3
Hipster passionné
La caméra stylo à Hollywood : une étude en quatre blockbusters
Un dossier réalisé par Amaury Foucart