ptsd bd
©Guillaume Singelin / Ankama

P.T.S.D., notre avis : conflits intérieurs et jungle urbaine

Le retour de Jun Rambo ?

Il est assez difficile de sortir de sa zone de confort lorsqu’on lit des bandes dessinées. Non pas que l’envie manque, loin de là. Plutôt les fonds. L’offre est de plus en plus massive, ce qui paradoxalement rend la sélection (et par conséquent la découverte) d’autant plus difficile. Sauf quand une édition nous tape à l’œil. C’est le cas de celle de P.T.S.D., plus haute que la moyenne des autres comics, frappée d’un titre en lettres argentées et arborant fièrement les traits et couleurs de Guillaume Singelin (The Grocery), ici scénariste et artiste. Un gage de qualité ? On vous répondrait bien que l’habit ne fait pas le moine…la plupart du temps !

Toutes les illustrations sont issues des premières pages de P.T.S.D., pour éviter les révélations (et parce qu’on n’avait pas le choix) !

Baroud d’honneur

P.T.S.D., extrait
©Guillaume Singelin / Ankama

De retour du front, Jun se retrouve dans la même situation précaire que les autres vétérans de guerre, mis sur la touche par des décideurs ingrats. Peu encline à s’adapter à son nouveau mode de vie, l’ex-sniper s’octroie une nouvelle mission et ramène littéralement la guerre dans son quartier. Rejetée à la fois par la société et ses pairs, Jun ne trouve satisfaction que dans l’une de ses deux addictions : le combat et les antalgiques, supposés remèdes contre les troubles dont elle souffre.

Les fameux « PTSD » (pour « post-traumatic stress disorder ») sont un sujet récurrent dans la fiction. Il serait trop long d’énumérer tous les films qui s’y attardent, de Voyage au bout de l’Enfer à Rambo en passant par Taxi Driver ou encore L’Echelle de Jacob. Tous ces films ont en commun une approche pessimiste du genre guerrier, où le seul échappatoire se résume à la folie ou la mort. P.T.S.D. se distingue par une bienveillance bien souvent écartée par les autres œuvres. Guillaume Singelin ne fait pas l’impasse sur la violence, loin de là et offre même quelques planches particulièrement sanguinolentes et intenses. Mais il la contrebalance par une narration plus légère, assistée par quelques personnages foncièrement bons (pour ne pas dire purs) et surtout une vraie distanciation de la réalité.

[…]l’auteur évite à la fois la lourdeur d’un récit trop sombre et la niaiserie d’un récit trop déconnecté[…]

ptsd bd
©Guillaume Singelin / Ankama

Jamais le conflit ou le lieu de l’action ne sont nommés (même si on se doute de l’influence), laissant au spectateur le plaisir simple de la fiction, aussi dramatique soit-elle. Par ce moyen, l’auteur évite à la fois la lourdeur d’un récit trop sombre et la niaiserie d’un récit trop déconnecté, et trouve un équilibre qu’il préserve tout au long du livre. Tout comme Jun, pour qui le combat est un mode de vie, constamment tiraillée entre son envie d’aider les autres et le seul moyen qu’elle trouve, justement, pour y parvenir.

Néanmoins, cette histoire de rédemption ne fonctionnerait pas aussi bien sans la formidable patte artistique de Singelin, qui transforme la ville en véritable jungle urbaine, jouant avec les couleurs et les détails. La dimension cinématographique est tellement présente que les dialogues, minimalistes, auraient pu tout simplement être zappés. Les cases parlent d’elles-mêmes, pleines de bonhomie et de couleurs singulières. On retiendra une dernière planche d’une infinie douceur, à l’opposé de ce que les thématiques laissaient augurer.

D’un sujet en apparence assez banal, maintes fois abordé dans la fiction, Guillaume Singelin tire une histoire pleine d’humanité, dans laquelle le fatalisme n’a pas sa place. Tout est question de choix et d’entraide pour des personnages qui n’ont aucun intérêt à rester seuls avec leurs difficultés. C’est beau sans être niais, violent sans être excessif, triste sans être larmoyant. Maintenant, on n’attend plus qu’un spin-off sur les aventures de Bao !

ptsd ankama
Date de sortie
1 mars 2019
Auteur / artiste
Guillaume Singelin
Editeur
Ankama (Label 619)
Notre score
5
Retrouvez Guillaume Singelin sur
Plus d'articles
FINI – Concours Paris Comics Expo x Bliss Comics !