Les Tortues Ninja : la chute de New-York (HiComics), couverture
Partie de la couverture du tome 2 de TMNT

Les Tortues Ninja : La chute de New-York, notre avis sur l’arc complet

Magistralement réintroduites en France par HiComics avec L’histoire secrète du clan Foot (notre avis juste ici), les Tortues Ninja ont très rapidement connu une petite période de disette avec la Guerre de Krang, premier tome de la série régulière. Même s’il offrait des origines convaincantes au cerveau bavard, ce volume loupait le coche sur la partie artistique et avait du mal à se focaliser sur ce qui importait. Rien de bien dramatique puisque l’honneur des Tortues serait rétabli dès l’arc suivant, la Chute de New-York, annoncé comme la pierre angulaire de la (nouvelle) mythologie de nos ninjas préférés. Rien que ça. Et vous savez quoi ? C’est complètement vrai.

Notre avis sur les tomes 2 et 3 des Tortues Ninja

Quelque chose se trame dans New-York, ville QG des Tortues Ninja. Un petit quelque chose que tout le monde peut sentir, et qui porte le doux nom de Shredder, bien déterminé à bousculer le quotidien de nos quatre héros et à affirmer sa domination sur la Grosse Pomme une bonne fois pour toute. Dans les grandes lignes, la Chute de New-York semble être un arc classique dans l’histoire des Tortues. On y retrouve tous les éléments qui forment une aventure prenante, avec son lot de rebondissements, d’échecs et de réussites. Cependant, cet arc a quelque chose de massif, de délicieusement épique. On sent que Tom Waltz a envie d’offrir plus qu’un simple divertissement, aussi efficace soit-il.

Cette « montée en gamme » passe tout d’abord par la multiplication des personnages secondaires. On en vient presque à regretter que HiComics ne fasse pas un petit effort en intégrant une petite galerie de portraits en préface du bouquin, pour dire de bien savoir qui est qui. En tant que débutant, je me suis surpris à tomber nez à nez avec Hob et Slash, que je connais absolument pas (même en essayant de remonter le fil des souvenirs que j’ai de la série animée). Heureusement, la narration de Waltz facilite la compréhension et permet d’éviter de perdre le fil de l’histoire même si le lecteur ne dispose pas de toutes les clés.

Cela passe aussi par l’évolution du format. En tant qu’amateur du dessin animé de l’époque, j’associais très (trop) facilement les Tortues à un unique schéma, à savoir l’apparition d’un méchant, combat, victoire, fin. Un schéma limité à du fun pur et dur, sans incidence sur le reste. La Chute de New-York renforce ce modèle en créant une forme de continuité, des enjeux et surtout un vrai socle pour l’avenir des Tortues. Si la finalité globale de l’arc semble logique, l’état d’esprit lors de la conclusion est complètement différent. L’équipe reste la même, alors que la dynamique évolue. Sans aller jusqu’à parler de tragédie (parce qu’il ne s’agit que des Tortues Ninja après tout), l’arc se veut pesant, parsemé d’instants qui le font sortir du cadre d’épisode basique et sans répercussion. Quand derrière Matteus Santolouco livre des planches magnifiques, dans la droite lignée de son travail sur L’histoire secrète du Clan Foot, il devient impossible de ne pas se régaler, débutant ou non.

[icon name= »star » class= » » unprefixed_class= » »][icon name= »star » class= » » unprefixed_class= » »][icon name= »star » class= » » unprefixed_class= » »][icon name= »star » class= » » unprefixed_class= » »][icon name= »star-half-o » class= » » unprefixed_class= » »]

La Chute de New-York apporte une véritable consistance aux aventures de ces Tortues modernes. Un ancrage, un repère. Quelque chose auquel se rattacher si vous préférez. La famille, si elle n’est pas entièrement brisée, doit se contenter d’une petite victoire, marquée par quelques cicatrices que nos héros ne sont pas près de voir disparaître. Un indispensable et potentiellement un excellent point d’entrée pour les novices, en dépit d’une édition toujours un peu trop légère en contenus annexes.

Toutes les images appartiennent à ©HiComics et aux auteurs / artistes de cette BD.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed
Plus d'articles
Univers #1 : le renouveau des kiosques chez Urban Comics ?