Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque, la critique

On est des grands enfants chez Good Taste Police. Donc évidemment, la sortie d’un nouveau film Aardman nous a mis en joie. Surtout quand il s’agit de retrouver le plus intrépide des moutons, Shaun, dans une pastiche de science-fiction. La forme convenue du scénario peut être à regretter mais ce festival de gags saura plaire aux petits et aux grands.

Cette seconde aventure de Shaun le mouton est à l’image des affiches apparues il y a quelques temps. Pastichant des classiques de la science-fiction, de Signes à Under The Skin, ces parodies réunissaient les deux atouts du film : un humour récréatif et un hommage appuyé à la science-fiction. Pendant 1h27, les moutons de la ferme s’amusent à rejouer Spielberg et Kubrick. Le monolithe de 2001 apparaît sous la forme d’une tartine brûlée, l’horrible mort de John Hurt dans Alien devient un gag très enfantin mais c’est surtout E.T l’extra-terrestre qui influence cette histoire. Car ici, Shaun va devoir aider un extra-terrestre nommé Lula à regagner sa planète. Bien entendu, le tout en semant une organisation secrète à leurs trousses…

C’est simple mais efficace ! Nulle besoin de chercher autre chose pour ce second opus. Malgré un effet de surprise dissipé, les nouvelles péripéties de Shaun sont de la même veine que le premier. Misant le tout sur un spectacle visuel, les studios Aardman balancent des vannes à un rythme inépuisable. Chaque seconde devient l’opportunité pour une nouvelle farce à apparaître à l’écran. H.G Wells devient un nom de concessionnaire auto ou un rot prend une proportion démesurée.

On rigole comme des fous devant ces pitreries, quitte à excuser des légers défauts. Un scénario peut-être trop simpliste, avec des clichés comme celui de la méchante qui remplit cette fonction car on se moquait d’elle à l’école. L’humour devient trop programmatique : un nouveau lieu, comme un supermarché, est égal à un sketch pouvant parfois durer trop longtemps. La bande-originale, alternant entre compositions originales et musique pop aussi insipide qu’un album d’Ed Sheeran, est inécoutable. Mais ce serait bête de rester focaliser sur ces faiblesses. Tout est si adorable dans Shaun Le mouton, pourquoi pinailler ?

Modeste, cette nouvelle aventure est une pause-récré réjouissante. Shaun revient plus aventureux que jamais dans une suite sincère. "La ferme Contre-attaque" est d’autant plus réussi qu’il est aussi une clé parfaite pour faire découvrir à un jeune public des classiques de la SF.
3
Récréatif
Plus d'articles
Critique ciné : Transformers – The Last Knight, de Michael Bay