Critique - Criminal Squad, de Christian Gudegast

CRITIQUE // Criminal Squad, de Christian Gudegast

Retitrage français en anglais, titre jaune incliné, casting burné : pas de toute possible, Criminal Squad avait tout du DTV égaré. Donc typiquement le genre de films qu’il aurait été criminel de notre part de manquer au cinéma. D’autant plus qu’il marque le « grand » retour de 50 Cent devant la caméra, 3 ans après la Rage au Ventre de Fuqua. La promesse ? Des flics, des gangsters, des braquages. Est-ce que ça pouvait mal tourner ?

Bande-annonce

Ce qu’on a pensé de Criminal Squad

Posez-vous trente secondes et repensez à la scène finale de Fast and Furious 5. Dom et ses potes tentent l’impossible et réussissent, après une course-poursuite endiablée. Imaginez cette scène, étalée sur plus de deux heures. Un rythme intenable, des fusillades débridées, un excès de tous les instants. Du pur DTV-like comme on les aime, débile à souhait, bourrin, testostéroné jusqu’à plus soif. Un truc à savourer avec un grand Kup de Kit Katt Balls et un Coca bien calorique comme il faut quoi.

Sauf que Criminal Squad n’est rien de tout ça. Enfin, presque.

Pour ce qui est de la testostérone, on est servis. Chaque personnage ne pense qu’à exhiber toute sa virilité au grand jour et à se mesurer à celle des autres. D’ailleurs, Gerard Butler nous livre peut-être sa meilleure performance de mec en pétard depuis 300 (parce qu’il s’agit EXACTEMENT du même rôle, ça aide). En face, Pablo Schreider et 50 Cent ne déméritent pas, biscottos saillants et mines patibulaires en bonus. De plus, le film raconte bel et bien l’histoire d’un face-à-face entre deux groupes de couilles sur pattes. Mais ça s’arrête là.

Il y a de quoi être surpris quand on découvre que Criminal Squad n’offre que deux vraies scènes d’action : une en intro et une en guise de bouquet final. Sur 2H20 (bordel !), ça paraît peu, d’autant plus que le film adopte un rythme globalement assez lent. Un seul et unique braquage de haut vol, ça demande de la préparation. Et à ce niveau-là, Criminal Squad joue dans une toute autre cour que n’importe quel Fast and Furious. Le réalisateur prend son temps pour développer de vrais personnages. Ce ne sont pas des modèles d’écriture, loin de là. Ils sont même assez stéréotypés. Pourtant, le temps qu’on passe à les voir faire autre chose que des trucs de braqueurs ou de flics fait qu’on s’attache à eux. C’est très efficace et surtout inattendu. C’est surtout l’occasion de voir de vrais duels lorsque les deux bandes se toisent, frustrées de ne pas pouvoir agir et pourtant si haineuses l’une envers l’autre. Magique.

Quand enfin vient le casse, c’est la jouissance totale. Christian Gudegast parvient à retranscrire une tension assez folle. Il faut dire qu’il met de côté tous les artifices propres aux films d’action du genre pour adopter un réalisme sur lequel on n’aurait jamais parié. Armes, tenues, bruitages, on n’avait pas vu aussi propre et efficace depuis Heat, rien que ça. Le réalisateur n’en fait jamais trop et dose parfaitement sa formule, forcément très inspirée du classique de Michael Mann. Mais ce n’est pas grave, parce que c’est bien fait.

En mixant avec parcimonie réalisme et grosses punchlines de série B, Criminal Squad offre peut-être l’un des cocktails les plus surprenants de ce début d’année. On craignait sa durée, qui est au final nécessaire pour mettre en place le casse orchestré par Christian Gudegast. Il nous propose ici l’un des meilleurs films de braquage vus en salles depuis belle lurette. Qui l’eût cru ?

Détails

[powerkit_tabs type= »tabs » nav= »horizontal »]
[powerkit_tab title= »Fiche »]

Affiche - Criminal Squad, de Christian Gudegast

Réalisateur : Christian Gudegast
Casting : Gerard Butler, 50 Cent, Pablo Schreider
Distributeur : Metropolitan Films
Date de sortie : 21 février 2018
Budget : 30 millions $

Le baromètre Good Taste Police :
[powerkit_progressbar value= »75″ height= »25″ color= »success » display_value= »false » striped= »false » animated= »true »]

[/powerkit_tab]
[powerkit_tab title= »Résumé »]
Chaque jour, 120 millions de dollars en liquide sont retirés de la circulation et détruits par la Réserve fédérale de Los Angeles. Un gang de braqueurs multirécidivistes va tenter l’audacieux tout de force de mettre la main dessus. Mais, ils vont se heurter à une unité d’élite de la police qui n’a pas l’intention de jouer dans les règles de l’art. Tous les coups sont permis pour coincer ces gangsters prêts à tout.[/powerkit_tab][/powerkit_tabs]

Plus d'articles
La sélection de films pour Halloween de Good Taste Police
Soirée films pour Halloween : la sélection de la rédaction