Critique ciné : X-Men – Apocalypse, de Bryan Singer

La boucle est bouclée. X-Men : Apocalypse vient de sortir, achevant ainsi la trilogie préquelle initiée en 2011 avec X-Men : First Class, par Matthew Vaughn. Apocalypse avait pour mission de succéder aux deux meilleurs volets de la saga, extrêmement bien reçus par la presse et les spectateurs. Mission réussie ? Oui, et avec brio qui plus est !

Résumé (pris sur le site 20th Century Fox)

Depuis les origines de la civilisation, Apocalypse, le premier et plus puissant mutant du monde, a absorbé de nombreux pouvoirs, devenant à la fois immortel et invincible, adoré comme un dieu. Se réveillant après un long sommeil de plusieurs milliers d’années, désillusionné par le monde qu’il découvre, il réunit une équipe de puissants mutants, dont Magneto pour nettoyer l’humanité et créer un nouvel ordre, sur lequel il règnera. Raven et Professeur X, à la tête d’une équipe de jeunes X-Men, vont devoir joindre leurs forces pour arrêter leur plus dangereux ennemi et sauver l’humanité toute entière d’une destruction totale.

Ce que je pense de X-Men : Apocalypse

Le dernier bébé de Bryan Singer marque une véritable rupture avec son Days of Future Past, intense et assez loin du formatage habituel des films de super-héros. A l’époque, il n’y avait pas vraiment de bad guy, juste des mutants menacés par leur époque. Apocalypse est un véritable retour aux sources du film de super-héros : des gentils, un méchant et du spectaculaire en veux-tu en voilà. On garde l’intensité mais la formule redevient plus classique, sans pour autant que le film ne perde en qualité. Bien que la psychologie des personnages soit un peu laissée de côté au profit d’une action débridée, on garde la puissance dramatique qui fait l’essence même des X-Men. On a déjà traité du rejet des mutants pendant plusieurs épisodes, il est temps de passer à quelque chose d’autre et ça, Singer l’a bien compris.

C’est pourquoi il ouvre les vannes et nous offre un déluge d’action bien foutue et particulièrement violente. On n’oubliera pas les clins d’oeil aux fans avec un caméo sympathique et des personnages plus ou moins bien traités. Si Charles-Xavier impose le respect à chacune de ses apparitions, certains personnages restent trop en retrait. Psylocke en est le meilleur exemple, avec ses deux répliques et demi et un temps de présence à l’écran ridicule. On dira que c’est l’atout charme du film. Quant à Apocalypse, il divisera forcément. Son design a de quoi rebuter et il n’en impose pas tant que ça à l’écran, pour un mec qui s’appelle Apocalypse. En revanche, il bénéficie du charisme sans limite de son interprète, Oscar Isaac, qui fait ce qu’il peut avec le méchant qu’on lui a écrit. Les personnages les plus réussis sont à aller chercher du côté des X-Men et du sang neuf qu’apportent Diablo, Cyclope et surtout Jean Grey. Et Quicksilver, mais on le connaissait déjà. Ils renouvellent parfaitement un roster que l’on commence à connaître, avec en tête de fil un Magneto qui tourne un peu en rond depuis trois épisodes.

« Suis-je gentil ? Méchant ? Dois-je rester ? Partir ? »

Le questionnement a atteint ses limites et il serait temps de le faire passer d’un côté ou de l’autre Bryan !

Le réalisateur clôt donc la trilogie en grande pompe, tout en teasant la suite dans une scène visuellement hallucinante qui fera plaisir aux fans. Mais ça vous le découvrirez en salles. Malgré des faiblesses évidentes et un classicisme auquel on n’était plus habitués chez les mutants, Apocalypse est un bien joli bouquet final, rempli à ras bord de ce qui rend ces X-Men attachants : des conflits intérieurs, des personnages mémorables et un équilibre exemplaire entre légèreté et drame.

Détails

x-men-apocalypse-afficheRéalisateur : Bryan Singer

Casting : James McAvoy, Michael Fassbender, Oscar Isaac, Jennifer Lawrence, Sophie Turner, Nicolas Hoult, Olivia Munn, Rose Byrne, Evan Peters

Production : 20th Century Fox

Date de sortie : 18 mai 2016

Budget : 240 millions $

Le trailer en VOST