Critique ciné : Tarzan, de David Yates

Aujourd’hui, il y a deux Warner. La première, celle qui a produit Speed Racer, sorti Mad Max Fury Road, placé David Yates à la tête des quatre derniers Harry Potter, est la bonne Warner. La deuxième, celle qui a engagé ce même David Yates pour rebooter Tarzan, est la mauvaise Warner. Et c’est elle qui va nous intéresser ici !

Résumé du film

Il faut vraiment résumer Tarzan ? Un mec avec des cheveux longs et gras en slibard dans la jungle, ça vous parle ?

Ce que je pense de Tarzan

Pour ce reboot de Tarzan, la Warner a choisi de placer son récit après l’histoire qu’on connaît tous. Dans nos têtes, Tarzan est un bébé perdu dans la jungle, puis élevé par des gorilles. Plus tard, il rencontrera Jane puis retournera à la vie active et banale de bon petit riche anglais, sous le nom de John Clayton. Dans Tarzan le reboot, tout ça c’est du passé. Le film commence alors que le comte de Greystoke est déjà revenu de la jungle. Il va simplement être contraint d’y retourne pour une raison dont je ne me souviens plus parce que je m’en foutais un peu. Il repart forcément avec Jane, rencontre un méchant, Jane est capturée, et ainsi de suite. L’histoire se répète, Tarzan n’apprend jamais rien de ses erreurs.

Faire une vraie suite à l’histoire qu’on connaît est la seule bonne chose à tirer de ce film. Car oui, hélas, Tarzan échoue à tous les autres niveaux, à commencer par le plus visible, le plus mauvais pour les yeux : sa technique. Putain que c’est moche ! Vraiment ! C’est immonde, hideux, dégueulasse. Bref, tout ce que vous voulez dans le champ lexical du dégoût tant le film irrite les pupilles. A se demander comment la Warner a pu laisser passer une horreur pareille, surtout avec un tel budget (180 millions de dollars pour l’anecdote). King Kong en 2005 est plus joli, c’est dire à quel point Tarzan est faible.

Mais si ce n’était que ça, ça ne serait pas drôle. Il faut y rajouter une mise en scène tellement fade et générique qu’on s’interroge vraiment sur les capacités réelles de Yates en tant que réalisateur, un acting inexistant, des personnages nuls (même Tarzan, trop lisse pour être crédible), des dialogues clichés et un Samuel L. Jackson qui joue l’équivalent de Tok dans le film de Disney. Comment on dit déjà ? Ah oui, le sidekick rigolo. J’ai mal à mon Stephen.

On le sentait venir et pourtant, à l’arrivée, on tombe encore plus bas que prévu. Tarzan est une merde, une catastrophe industrielle que rien ne peut sauver, ni sa technique à la ramasse, ni ses acteurs anémiques, ni le Capitaine Moule. On craint le pire pour les Animaux Fantastiques !

Détails

Réalisateur : David Yates

Casting : Alexander Skarsgård, Margot Robbie, Christoph Waltz, Samuel L. Jackson

Production : Warner

Date de sortie : 13 juillet 2016

Budget : 180 millions $

Le trailer en VO

Plus d'articles
Critique de Spider-Man Homecoming
Critique ciné : Spider-Man – Homecoing, de Jon Watts