Critique ciné : Nocturnal Animals, de Tom Ford

Qu’il est difficile de résister à la hype ! Avant la sortie de Nocturnal Animals, tout le monde en parlait en bien. Les amateurs de A Single Man étaient aux anges de voir de nouveau Tom Ford derrière à la caméra, tandis que les autres saluaient simplement la qualité du long-métrage, sans forcément tenir compte du passif du réalisateur. Personnellement, je devais me contenter d’une bande-annonce pas forcément super sexy, ni plus attirante que ça.

Mais j’y suis allé. Parce que cinéma illimité, parce que Amy Adams et parce que à défaut d’avoir la hype, j’avais au moins la curiosité. Grand bien m’en a pris !

Si le générique est bon…

Tout commence par une danse, des paillettes et un rideau rouge. Habitués des génériques simples, sobres, pour ne pas dire chiants, voire même inexistants, soyez prévenus : Tom Ford annonce la couleur d’entrée de jeu, dans un générique délicieusement provocant, à l’image du film dans son intégralité. Durant les deux heures qui suivent, Nocturnal Animals nous raconte l’histoire de Susan et Tony, ou plutôt de leur vécu après leur rupture.

Ce n’est pas le premier film sur le sujet et ce n’est sûrement pas le dernier. Néanmoins, plutôt que d’opter pour une approche classique du genre, Nocturnal Animals (à la fois le livre et l’adaptation) tournent plus autour de la notion de vengeance, parfaitement adapté à cette « idylle-qui-aurait-pu-être ». Comment chaque personnage s’en sort, comment il le manifeste, que pense-t-il de l’autre, autant de questions auxquelles Tom Ford répond dans un film aux 1001 visages. Tantôt drame, tantôt thriller, le réalisateur jongle habilement entre les différentes couches qui composent Nocturnal Animals, à savoir la réalité et la fiction, le calme et le bruit, la violence et la sensibilité. Cette capacité de passer de l’un à l’autre en une fraction de secondes rendent le long-métrage hypnotique comme jamais, prenant des risques pour garder ses spectateurs constamment surpris par ce qui se déroule sous ses yeux. L’ancien styliste offre d’ailleurs le jump scare le plus réussi depuis longtemps, sans aucun complexe.

Cependant, si la parfaite gestion du rythme et le sens de l’esthétique de Tom Ford confèrent déjà au film une aura assez hallucinante, ce sont ses interprètes qui le font basculer d’excellent thriller au statut de monument (je pèse chacun de mes mots). Amy Adams, Jake Gyllenhaal, Armie Hammer, Michael Shannon et surtout Aaron Taylor-Johnson offrent tous une performance remarquable, incarnant à merveille des personnages décalés, tordus et tous extrêmement bien écrits.

Nocturnal Animals est une sorte d’anti-Gone Girl. Là où le film de Fincher montrait une romance illusoire, Tom Ford nous fait découvrir une occasion manquée, dans un film où le sublime côtoie la laideur. Le réalisateur étale tout son savoir-faire de metteur en scène et dirige une floppée de stars d’une main de maître. Un deuxième film remarquable pour un Tom Ford qu’on risque de surveiller de très près !

Détails

Réalisateur : Tom Ford

Casting : Amy Adams, Jake Gyllenhaal, Armie Hammer, Michael Shannon, Aaron Taylor-Johnson

Production : Universal

Date de sortie : 04 janvier 2016

Budget : 22,5 millions $

Trailer en VOST

Total
3
Shares