Critique ciné : Ghostbusters, de Paul Feig

L’été est morose,
J’ai pas encore eu ma dose
De voitures qui explosent,
De films qui en imposent.

L’été ciné 2016 est le pire été ciné que l’on ait eu depuis longtemps. Je vous explique la notion d’été ciné : saison qui voit fleurir les films rigolos sans toutefois voler bien haut. Or, pour une fois que je mets de côté ma mauvaise foi, cet été est plutôt propice à l’enchaînement effréné de daubes en puissance. Que se passe-t-il ? Je n’en ai aucune idée. Tarzan est devenu propre, le Joker s’essaie tant bien que mal au stand-up et même Roland n’arrive plus à mettre la main sur son second degré. Où est le fun ? La déconne ? Où est le soleil dans les salles de ciné ?! Peut-être bien chez le nouveau Ghostbusters…

Pourtant c’était mal barré. Annonce du reboot, du casting, trailers fort peu engageants et surtout massacre du cultissime thème de la licence par Fall Out Boy : tous les ingrédients étaient réunis pour produire un échec cuisant. N’étant pas spécialement fan de la licence, je n’ai vu aucune objection à féminiser le casting. Je ne voyais juste pas d’intérêt à rebooter. Le premier n’a pas si mal vieilli, vous pouvez encore le montrer à vos enfants sans qu’ils vous répondent : « Eh vieux con, c’est d’la merde ton truc, JE VEUX TRANSFORMERS ».

Bref, je suis allé le voir avec une certaine forme de désattente (cherchez pas, c’est pas dans le dictionnaire).

Résumé du film

Des nanas, des fantômes, New-York, pas la peine de vous faire un dessin ?

Ce que je pense de Ghostbusters, le reboot/remake/resequel/WHATEVER YOU WANT

On va la faire courte et griller une cartouche dès maintenant : Ghostbusters est mon Jurassic World de 2016. Ok, vous n’avez peut-être pas aimé Jurassic World, c’est votre droit. Mais je l’ai aimé. Et je l’ai d’autant plus aimé que je m’attendais à ce qu’il soit très mauvais ! J’y étais allé à reculons aussi et au final, il s’est avéré que le Jurassic World de Trevorrow était particulièrement divertissant, très décomplexé. Le film tentait de bâtir quelques choses de nouveau sur des fondations un peu branlantes, certes. On faisait quelques appels du pied au fossile de 1993 avec des clins d’œil sympathiques bien que trop, trop, trop visibles. Mais c’était plus qu’honnête. Ghostbusters, c’est la même chose, sans Omar Sy.

Si le scénario est similaire, les personnages sont complètement différents. Comme je le disais plus haut -et même si je ne l’avais pas dit, tout le monde en a déjà parlé au moins une fois, même votre petit neveu de 5 ans-, l’ancien casting 100% masculin (mais avec une secrétaire) laisse sa place à un casting 100% féminin (mais avec un secrétaire). La donne a changé et le traitement est plutôt singulier. Les héroïnes ne sont pas des cruches, elles savent se démerder seules et à aucun moment on n’évoque leur copain/mari/amant (rayez la mention inutile). Oui, même en 2016, traiter des persos féminins sans commencer par leurs relations amoureuses reste un exploit. Juste pour ça, il faut remercier Paul Feig, réalisateur ô combien attaché à l’écriture de sympathiques personnages féminins.

Attention, j’ai bien dit sympathiques, pas fins. L’humour, s’il fait quasiment toujours mouche, n’est pas des plus sophistiqués. Est-ce un problème ? Non. Est-ce qu’on rit ? Oui, et à cœur joie ! C’est bien là le principal. D’ailleurs, on retiendra peut-être même plus ce Ghostbusters pour ses blagues et ses personnages que pour son affiliation à Ghostbusters : le scénario est déjà vu mais les gags sont inédits. Mention spéciale à toute la partie dédiée à Chris Hemsworth, seul homme « fort » du film, relégué au statut de beau gosse con comme ses pieds, et à Kate McKinnon, chasseuse de fantômes délicieusement déjantée. Un régal !

Pour le reste, on sera séduits par une technique correcte sans être phénoménale et un rythme enlevé, alternant joyeusement entre situations cocasses et scènes d’action amusantes. Et je vous ai gardé le meilleur pour la fin : on n’entend les Fall Out Boy que pendant 30 secondes. Ouf !

Ghostbusters est un bon film, un film que l’on regarde avec plaisir et dont la bonne humeur communicative vient ensoleiller un bien triste été. On lui pardonnera très facilement ses caméos un tantinet maladroit et son manque de finesse. Le créneau était libre, les quatre héroïnes de Ghostbusters l’ont prise : on tient le meilleur divertissement estival de 2016…en attendant Start Trek ?

Détails

Réalisateur : Paul Feig

Casting : Kristen Wiig, Melissa McCarthy, Kate McKinnon, Leslie Jones, Chris Hemsworth

Production : Sony

Date de sortie : 10 août 2016

Budget : 144 millions $

Le trailer en VOST

https://www.youtube.com/watch?v=HYAKuv6ST-s

Plus d'articles
American Nightmare 4 (Gerard McMurray), couverture
American Nightmare 4 (Gerard McMurray, 2018) : la critique