CRITIQUE // Avengers : Infinity War, des frères Russo

En 10 ans, Marvel a eu le temps de construire quelque chose. Un véritable univers, qui, s’il n’est pas parfait, a le mérite de réussir en grande partie l’exercice de la connexion. Les héros se sont multipliés et les films avec eux, parfois pour de belles réussites (Captain America 2, Thor : Ragnarok ou le premier Gardiens de la Galaxie), de temps en temps pour de sacrées piteuses (Thor 2, Avengers 2). Néanmoins, derrière cette exécution à qualité variable, il y a toujours cette féroce envie de bâtir une grande saga et cette saga arrive aujourd’hui à un tournant majeur. Teasé depuis belle lurette, Thanos, l’un des méchants les plus emblématiques de la Maison des Idées, débarque enfin pour de bon, et force est de constater qu’il ne fait pas dans la dentelle !

Cet article se fera en deux temps. Tout d’abord, en première page, nous donnerons notre avis sur le film, sans spoilers et un retour sur l’expérience 4DX (le cinéma immersif comme ils disent). Ensuite, en deuxième page, nous évoquerons les révélations du film, et ce sera blindé de spoilers. Donc n’allez pas en page 2 si vous n’avez pas encore vu le film ! Vous voilà prévenus !

Les films du MCU critiqués par Good Taste Police

La bande-annonce (en VOST)

Notre avis sur ce nouveau volet des Avengers

On avait pour habitude, comme de nombreux autres spectateurs, de critiquer la formule Marvel, celle que l’on nous sert au moins deux fois par an depuis dix ans. Nous avons même osé évoquer la lassitude, tout en continuant à nous ruer en salle dès le jour de la sortie des films concernés, jusqu’à ce qu’un vent de fraîcheur ne vienne souffler sur les derniers long-métrages Marvel. Cette formule, quasiment magique, marche. Du tonnerre même. Avengers : Infinity War est conçu dans le même moule. Des héros, un méchant, plus de deux heures d’action entrecoupée de blagues ou de blagues entrecoupées d’action. Classique, efficace, Marvel.

Quid de la séance 4DX ?

La 4DX, c’est…bien. Pas incroyable, pas sensationnel, et surtout pas au niveau de l’investissement financier (20€ la place tout de même au Kinépolis de Lomme). Juste bien. A faire une fois. Les effets de mouvements sont les plus réussis, ils participent grandement à l’immersion du spectateur dans les scènes d’action. On apprécie aussi les quelques remous qui animent les sièges. Mais pour le reste, c’est passable pour ne pas dire dérangeant. On pense notamment aux espèces de confettis, propulsés dans la salle par des canons bien bruyants. Les flashs aussi viennent en partie gâcher le visuel de certaines scènes en illuminant l’écran comme jamais. Pour le reste, l’eau et la fumée restent anecdotiques et l’odeur paraît complètement superflue. Vous saviez que l’espace sentait le bonbon aux fruits ? Nous non plus !

Oui mais, quelque chose a changé. Ce n’est pas le fond, bien loin des préoccupations quasi divines de la Distinguée Concurrence. Ce n’est pas la forme, SFXement superbe, mise en scène sans génie mais avec une maîtrise et une clarté exemplaires. C’est cet entre-deux, cette chose qu’on ne peut pas définir qui fait le sel des blockbusters les plus fédérateurs. Tout d’abord, il y a ce méchant, Thanos. Il en aura fallu du temps à Marvel pour nous offrir un nouveau « vilain » digne de Loki. Terrifiant de puissance, déchiré, incarné à la perfection par un Josh Brolin plus imposant que jamais, Thanos est le véritable pilier du film, obsédé qu’il est par l’équilibre. L’équilibre, maître mot de cette suite qui pour la première fois ne doit pas uniquement répartir comédie et action, mais comédie, action et tragédie.

Pour la première fois en dix ans, Marvel embrasse l’ampleur que permet un tel univers partagé. Tout semble démesuré, misant moins sur le comique que le cosmique. Et pour la première fois, la firme n’hésite pas à plonger la tête la première dans l’obscurité, ne lésinant pas sur les choix cruciaux pour l’avenir de son univers et des personnages qu’elle a passé tant de temps à édifier. Pour autant, Avengers : Infinity War n’a pas fait une croix sur l’humour, loin de là. La plupart des blagues passent d’ailleurs très bien. Pour certaines, on ressent tout de même un véritable pincement et on rit jaune (comme ce dialogue fabuleux entre Thor et Rocket Raccoon). Le film est globalement très fun. Mais il est parcouru par un fatalisme qu’on ne connaissait pas à Marvel, une ambiance apocalyptique retranscrite à la perfection par les coups successifs assénés par le Titan (et on ne parle pas que de physique) et surtout l’intensité des moments émotionnels que réserve le film. On n’irait pas jusqu’à dire que vous allez chialer, mais vos yeux vont être sacrément humides.

Enfin, que dire de ce final, aussi percutant qu’un gros coup de genou dans les roustons ? Loin des fins rigolol des Gardiens de la Galaxie ou de Doctor Strange, Avengers : Infinity War délivre un dernier uppercut saisissant, laissant le spectateur la bouche grande ouverte. Mais gardons cette discussion pour la deuxième page, voulez-vous ?

Avengers : Infinity War est la quintessence de la formule Marvel, un blockbuster si massif, si maîtrisé, qu’il ne peut laisser indifférent. En un seul film, Avengers nous rappelle qui est le patron dans le domaine super-héroïque et faute de concurrence sérieuse, on ne peut qu’acquiescer. Certains crieront au coup marketing, nous rétorquerons que l’audace est salvatrice. Peut-être pas un chef d’oeuvre, mais assurément un grand film de super-héros et surtout le plus époustouflant des Marvel. Chapeau bas.

L’avis des p’tits potes de GTP

Découvrez la critique du film par Lucile sur Lully Fabule :

« Malgré ses 2h36, le temps passe à la vitesse de l’éclair grâce à une maîtrise du rythme, entre scènes d’action spectaculaires, passages hilarants et d’autres si intenses et durs qu’il s’y dépeint un sinistre inhabituel dans la franchise. »

Détails

Avengers : Infinity War Couverture du livre Avengers : Infinity War
Joe et Anthony Russo
Robert Downey Jr., Tom Holland, Chris Hemsworth
Disney
25 avril 2018
300 millions

Alors que les Avengers et leurs alliés ont continué de protéger le monde face à des menaces bien trop grandes pour être combattues par un héros seul, un nouveau danger est venu de l'espace : Thanos. Despote craint dans tout l'univers, Thanos a pour objectif de recueillir les six Pierres d'Infinité, des artefacts parmi les plus puissants de l'univers, et de les utiliser afin d’imposer sa volonté sur toute la réalité. Tous les combats que les Avengers ont menés culminent dans cette bataille, qui décidera du destin de la Terre et du reste de l'univers, et qui impliquera tous les héros déjà connus, dont les Gardiens de la Galaxie.

Total
24
Shares