Couverture de A Star Is Born (Bradley Cooper, 2018)
©Warner Bros

A Star Is Born (2018), la critique : Ga Ga Land ?

Remake d’un remake, le cas A Star Is Born a de quoi intriguer. Réalisé par un Bradley Cooper encore débutant caméra en main, le drame semblait bien plus calibré pour les Oscars que pour le public. Une vieille star du rock, une débutante, une histoire d’amour : on a déjà vu plus vendeur. C’était sans compter sur le talent inespéré de l’acteur-réalisateur à son nouveau poste et sur une Lady Gaga absolument magnifique. Plus qu’un simple film, A Star Is Born est une véritable déclaration d’amour à l’artiste multiprimée.

Bande-annonce

A Star Is Born, l’académisme bien fait…

« Tell me somethin’ girl… ». Cette petite phrase, la première que l’on entend dans le morceau Shallow de Lady Gaga, risque de rester dans la tête des spectateurs pendant un long moment. Déjà parce que la chanson est belle, il faut dire ce qui est. Et deuxièmement parce qu’elle est l’hymne de cette histoire que nous raconte Bradley Cooper. Centré sur l’idylle entre une vieille star de country et une jeune prodige, A Star Is Born s’attarde moins sur la naissance de ce couple que sur la façon dont l’un gère l’autre. On évite ainsi les grosses ficelles des romances niaiseuses pour se pencher sur les problèmes des deux amants. La célébrité et la montée en puissance rapide d’un côté, l’alcoolisme et le déclin de l’autre.

Rien de bien original vous nous direz, et pourtant la sauce prend à une vitesse folle, grâce à l’alchimie entre les deux interprètes. Bradley Cooper, en cowboy fatigué et rongé par la gnole, surprend, là où Lady Gaga est tout simplement bouleversante. Resplendissante comme jamais, elle dévoile tous ses talents d’actrice dans un rôle sur-mesure. Il faut dire qu’elle est bien aidée par la réalisation de Cooper, classique, académique, mais on ne peut plus classe et surtout particulièrement pudique. La chanteuse est centrale la majeure partie du temps, Cooper n’hésitant pas à se mettre en retrait pour la laisser briller d’elle-même.

On saluera aussi la tendance de Cooper à ne pas faire dans la facilité dès qu’il s’agit de « faire de l’émotion ». La musique, pourtant inévitable au vu de la nature du film, ne vient jamais parasiter les moments les plus émouvants. On évite le piano et les violons pour ne laisser que les acteurs, les spectateurs et rien entre les deux. Bradley Cooper fait réellement preuve de sobriété, pour notre plus grand bonheur, aussi bien dans les scènes intimistes que dans les scènes les plus folles. On pense aux quelques passages « live », c’est-à-dire les concerts, filmés à la perfection. Le réalisateur a le chic pour mettre en valeur les instruments et la passion véhiculée par les artistes, avec des lumières magnifiques et des cadrages travaillés. En un mot comme en cent : c’est canon !

Difficile de bouder son plaisir face à ce A Star Is Born, sublime mélodrame calibré pour cartonner tout en étant profondément respectueux des arts cinématographiques et musicaux ! Lady Gaga est tout simplement bluffante et prouve à tout le monde, une nouvelle fois, à quel point sa palette de talents est étendue. On lui souhaite le plus de réussite possible lors de la prochaine cérémonie des Oscars, de laquelle cette première réalisation de Bradley Cooper ne risque pas de repartir les mains vides…

Toutes les images appartiennent à ©Warner Bros.

Plus d'articles
CRITIQUE // Atomic Blonde, de David Leitch