Docteur, ne me dites pas tout - Le malade, ses médecins et la vérité PDF

Téléchargez la version électronique de Docteur, ne me dites pas tout - Le malade, ses médecins et la vérité sur goodtastepolice.fr. Formats disponibles : Docteur, ne me dites pas tout - Le malade, ses médecins et la vérité PDF, Docteur, ne me dites pas tout - Le malade, ses médecins et la vérité ePUB, Docteur, ne me dites pas tout - Le malade, ses médecins et la vérité MOBI

Tout voir, tout savoir, tout dire, tel est l'impératif de la médecine actuelle. Persuadé qu'aucun symptôme n'est anodin, le malade a peur de consulter, mais il y court. Il craint les examens sophistiqués aussitôt mis en route et, du fait des performances techniques, redoute ce qu'il risque d'apprendre sur lui-même, sur sa vie, sur son avenir... De son côté, le médecin, soumis à une nouvelle législation très contraignante, n'est plus libre de son intuition, de sa pensée, ni de ses propos. Il est obligé de dire au malade tout ce qu'il voit : c'est la fameuse exigence de vérité. Issue de la révolution technique des années 1990 et de la loi Kouchner du 4 mars 2002, une "nouvelle culture médicale" est née. Elle heurte, fragilise et interroge tous ceux qui y sont confrontés de près. Que se passe-t-il vraiment lors du voyage d'un être humain à travers sa maladie ? Cet ouvrage tente de le décrire et de proposer des pistes qui aident la médecine à sortir d'une impasse où elle perd de vue l'humain, où l'on essaie de guérir, certes, mais pas de soigner, et de traiter la maladie mais pas le malade.

Goodtastepolice.fr Docteur, ne me dites pas tout - Le malade, ses médecins et la vérité Image

TAILLE DU FICHIER: 9,62 MB

DATE DE PUBLICATION: 2014-Oct-02

AUTEUR: Anne-Marie Merle-Béral

ISBN: 9782843377402

NOM DE FICHIER: Docteur, ne me dites pas tout - Le malade, ses médecins et la vérité.pdf

Le docteur Murat n'avait pas attendu ce jour pour faire connaissance avec Marcou. Une nuit, une main puissante arrêta son cheval, et retentit alors le cri rituel à l'époque : « La bourse ou la vie ! » Murat ne donna pas sa bourse, mais une volée de jurons en patois. « Excusez-moi, Monsieur Murat ; je ne vous avais pas reconnu !

LIVRES CONNEXES