Autrefois légendes du cinéma, les monstres d’Universal sont réduits aujourd’hui à donner dans l’Avengers-like. Le Dark Universe qu’ils appellent ça. Un univers dans lequel Frankenstein collaborerait avec Dracula, l’Homme Invisible et les autres joyeux lurons de la bande. Bizarre, vous avez dit bizarre ? Bon, on n’en est pas encore à ce stade puisque la Momie vient seulement d’ouvrir le bal. Pour une introduction, on a déjà vu meilleure performance.

Le résumé

Bien qu’elle ait été consciencieusement enterrée dans un tombeau au fin fond d’un insondable désert, une princesse de l’ancienne Égypte, dont le destin lui a été injustement ravi, revient à la vie et va déverser sur notre monde des siècles de rancœurs accumulées et de terreur dépassant l’entendement humain.

La critique

Il faut dire qu’une telle prise d’otages a de quoi rebuter. A peine 1 minute écoulée et Universal nous assène déjà son logo Dark Universe. Un conseil film, attends de nous présenter tes personnages, tes enjeux et tout ce qui va avec avant de nous teaser. Parce que le teasing, ça marche avant le film ou à la fin du film, pas au tout début en mode « Tu es sur le point de découvrir un truc so deep wowowowo ». Pourtant, sa tendance à nous préparer à un truc plus gros tue littéralement cette nouvelle Momie.

De l’introduction en flashback sur la grosse voix de Dr Fury et Mr Hyde au coup de la manipulation par la vilaine Ahmanet, tous les ingrédients pour faire de ce blockbuster générique le plus générique de tous les blockbusters génériques sont là. Rarement nous avions eu droit à aussi peu d’idées dans un film aussi massif, aussi important pour un studio. Rien dans la mise en scène, rien dans l’écriture, rien de rien. Les personnages sont creux, l’action est plate et le déroulement absolument sans surprise. C’est d’autant plus gênant que la Momie échoue de deux manières différentes : en tant que film solo et en tant qu’introduction au Dark Universe. Kurtzman essaie bien de nous vendre du rêve avec quelques easter eggs aussi discrets que la mouche d’un mouchard, mais c’est raté. Ce n’est pas raté sur le moment, puisque ça apparaît juste comme une mise en bouche de ce qui arrivera après. Non, c’est plutôt raté après coup, quand à la sortie de la salle, on se surprend à ne pas dire « J’ai vraiment hâte de voir la suite ».

Pourtant, Tom Cruise y a mis du sien. Comme d’habitude. Toujours investi, la star se démène pour émerger de cet océan de banalités, à grande renfort de grimaces. Hélas, il n’apporte pas grand-chose à un film qui manque de fulgurances, de charme et d’utilité. A quoi bon développer un univers partagé sur des monstres si on se retrouve avec exactement la même formule qu’ailleurs ?

Sauvé in-extremis par son sidekick original et la performance hallucinante d’un Russell Crowe cocaïné, la Momie perd trop de temps à se chercher une identité, coincé entre le reboot opportuniste d’une licence culte et la mise en place d’un univers partagé dont on n’a vraiment pas grand chose à foutre (vraiment). En résulte un divertissement à peine honnête, trop bancal pour construire quoi que ce soit et trop formaté pour séduire au-delà d’une cuite un samedi soir.

Détails

Réalisateur : Alex Kurtzman

Casting : Tom Cruisse, Sofia Boutella, Annabelle Wallis, Russel Crowe, Jake Johnson

Distributeur : Universal

Date de sortie : 14 juin 2017

Budget : 125 millions $

Trailer en VOST

Total
2
Shares